Springe zum Hauptinhalt »

Mein Warenkorb
Der Warenkorb ist leer

Ernest Touwa

Armée et développement

Aux origines de l'armée Camerounaise et de l'impact des dépenses militaires sur le développement socio-économique (1960-1990)

ISBN 978-3-8288-9254-5
310 Seiten, Paperback
Tectum Verlag 2007
29,90 €
inkl. 7% MwSt., versandkostenfrei
Lieferzeit 1-3 Tage
19.99 €
inkl. 19% MwSt., versandkostenfrei
Lieferzeit sofort
Armée et développement

Details

Le Cameroun depuis les premières heures de son indépendance, n’est pas seulement à la recherche de la cohésion sociale, compte tenu de la multiplicité des groupes sociaux; il l’est également sur le plan économique. L’indépendance s’est réalisée en 1960 sans que soient créées des structures politiques et administratives aptes à assurer la gestion efficace d’une nation indépendante. Même si l’armée n’occupe aucune position importante au niveau du processus de production et ne contrôle réellement aucun secteur économique, la situation dans laquelle elle se trouve par rapport aux commodités socio-économiques nationales permet néanmoins de l’identifier à une véritable classe sociale. Cet essai est guidée par le constat suivant: au regard des missions confiées à l'armée camerounaise au lendemain de l'indépendance (répression des revendications nationalistes), de l’obsession sécuritaire qui anime les dirigeants politiques, des difficultés économiques auxquelles le pays fait face dès l’aube de l’indépendance, du taux sans cesse croissant des dépenses militaires et de la contrepartie économique de ces dépenses, il y a lieu de croire que l’armée s’est posée en contre-courant de la lutte contre le sous-développement engagée par les autorités au lendemain de l’indépendance. Ceci renvoie à la question de savoir dans quelle mesure les forces armées camerounaises et les dépenses qu’elles entraînent constituent un frein ou un atout au processus de développement du Cameroun. Autrement dit, dans quelle logique s’inscrivent les dépenses militaires? Logiques sécuritaire, sociale ou économique? Mon propos n’a pas été de renier le droit légitime et évident du Cameroun à se défendre contre toute agression extérieure. Toutefois, aussi longtemps que les forces armées camerounaises s’attacheront à ressembler aux armées du monde industrialisé, elles resteront non seulement un gouffre financier pour le pays, mais aussi et surtout le principal instrument de préservation de la dépendance structurelle.